Bonnes Tables

Mathis 03.03.16

imprimer
   

Pour conclure

D’avoir trop flambé aux années 2000, oublié des oublieux de la nuit, le Mathis se relance après quelques saisons aux abonnés absents. Tout y est repris quasi à l’identique. Le restaurant tout en banquettes, miroirs, bougies, offrant à la trentaine de couverts un petit théâtre de velours. La cuisine dans le même frisson, entre ronron glamour (oeuf mollet sur mousse butternut-potimarron) et belle chair noctambule (magret de canard entier, légumes de saison, turbot en petite robe de nuit citron-poireaux, navarin de homard breton). Côté climat, le lieu cherche encore une flamboyance, moins parisianiste qu’à la haute époque et plus portée sur un libéralisme de boudoir.

Un plat : la sole meunière, parfaite.
Un vin : plutôt un cocktail au bar annexe.
Une table : la banquette d’angle.
Service : bonne volonté, bon esprit.
La note, SVP ! Entre 50 et 80 euros.
Où et quand ? 3 rue de Ponthieu, Paris (VIIIe).
Tél. : 01 47 75 78 98. Midis et soirs.
Voiturier.