Bonnes Tables

Il Ristorante 18.02.22

imprimer
   

ristorante

Pour conclure

Décidément les chefs italiens se plaisent à faire de Paris un faubourg de la Botte. Dans un pli du très couturé Hôtel Bulgari, place à Niko Romito, nouveau maestro des Abruzzes visiblement pas paniqué par nos beaux quartiers. Son Ristorante vaut comme défense et démonstration de la veine classique, car, en première instance comme en première lecture, la carte étonne à justement ne pas étonner en prodiguant bouillon de légumes à l’huile d’olive, soupe de parmesan, lasagnes mijotées, cochon de lait croustillant, sauce à l’orange, tiramisu modèle. Ses mêmes recettes que les uns, les autres, les paresseux et les faciles s’autorisent à régulièrement massacrer se retrouvent soudain dans leur superbe et vérité. Mieux encore, à les retrouver ainsi traitées, le génie populaire du terroir transalpin témoigne d’un formidable élan contemporain.

Un plat : l’exemplaire escalope milanaise.

Un vin : cuvée Patricia 2019 de chez Girlan, étonnant pinot noir du Tyrol italien.

Une table : la 23.

Service : d’un chic sémillant.

La note, svp ! Env. 70–90 euros à la carte. Menus à 70 euros (déj) et 115 euros.

Où et quand ? À l’Hôtel Bulgari. 30, avenue George-V, Paris (VIIIe). Tél. : 01 81 72 10 80. Tous les jours.

Parking : voiturier

Emmanuel Rubin