Accueil > Bonnes tables > Café Compagnon

Bonnes Tables

Café Compagnon 18.01.22

imprimer
   

caf compagnon

Pour négocier

Préposé depuis bientôt dix ans à remonter les bretelles de nos troquets de quartier en leur donnant une ligne comme une cuisine, Charles Compagnon fait quelques infidélités à ses faubourgs (le Richet, le 52…) pour investir Montorgueil avec ce café qui en porte le nom, clair et large, ouvert tôt, couché tard. S’y révèle un chef passé par l’élite (Per Se à New York, Sketch à Londres), ingénieux de la recette et qui, sans grimper sur les pointes, n’en balance pas moins neufs coups de mains et twists contemporains. Une salade ? Trévise excitée d’une crème haddock fumé et chips topinambour. Des pâtes ? Taglioni fraîches aux herbes, dans la jolie fièvre d’un consommé de champignons et cébettes. Un faux filet ? Normand de haute maturation (60 jours) avec frites (de panisse) et pleurotes pas mécontentes d’être marinées. Une tarte ? Au caramel coulant, traité façon toffee, riz au lait et syphon yaourt grec. 

Un plat : l’échine de cochon fermier, purée de raisin au vadouvan.

Un vin : un très vif beaujolais blanc (copropriété du patron) Charmetemps, Pierres dorées, 2020.

Une table : la 33.

Service : la sympathie en bandoulière et bien sur son ressort.

La note, svp ! Entre 45 et 65 euros.

Où et quand ? 22–26, rue Léopold-Bellan, Paris IIe. Tél. : 09 77 09 62 24. Tous les jours.

Parking : Zenpark (41, rue du Sentier, IIe).

Emmanuel Rubin