Bonnes Tables

Le Baudelaire 18.12.22

imprimer
   

BAUDELAIRE

Pour conclure

Là où la plupart du temps, ces dernières années, les tables de grands hôtels s’évertuent à s’exhiber et à s’ouvrir sur Paris, celle-ci choisit le plaisant contre-pied de vous prendre sous son aile, sur ses velours, dans le délice de la planque et la discrétion du cottage citadin. Comme en écho, la belle personnalité du jeune chef Anthony Denon y prodigue des compositions très gentleman farmer, mélange de techniques et d’audace, sensibles à inviter autant qu’à inventer une campagne en ville. S’en convaincre au chic refuge d’un foie gras en trois temps, enfiévré en ravioles et bouillon de canard, rafraîchi en mousse de tamarin et très pop au cracker d’un maïs fumé.

Un plat : oignons gratinés, caviar Prunier, bouillon perlé.

Un vin : Nuits-Saint-Georges premier cru Les Porêts, domaine Chevillon-Chezeaux, 2017.

Une table : la 3.

Service : Belle maîtrise, charmante mesure.

La note, svp ! Menus à 95, 135 et 155 euros.

Où et quand ? À l’Hôtel Burgundy. 6-8, rue Duphot, Paris Ier. Tél. : 01 71 19 49 11. Le soir seulement sf dim et lun. Métro : Madeleine.

Parking : Voiturier.

Emmanuel Rubin