Accueil > Deals > Adista

DEALS

Adista

Vous n'êtes pas identifié. Seuls les menus Guide PE et Grands Prix sont en accès libre. Vous disposez donc du formulaire de recherche en mode "démonstration". Pour accéder à la version complète de celui-ci, veuillez saisir vos identifiant et mot de passe en haut à droite, ou rendez vous sur la page Abonnement pour vous abonner.

LÉGENDES
  • Valeur : equity value pour le LBO, deal value pour le venture/dév.
  • M&A : conseil M&A
  • B : brokers, banques introductrices
  • J : conseil juridique
  • A : audit financier
  • F : audit fiscal
  • S : audit social
  • AS : audit stratégique
  • D : dette (senior ou globale)
  • M : mezzanine
  • SL : second lien
  • JD : juridique dette
  • Notes : les LBO comprennent les MBO, MBI, build-ups, etc. les investisseurs sont désignés par le (plus récent) nom de la société de gestion
  • ESG : Environnement, Social, Gouvernance
Rechercher un deal

Private Equity Magazine
Le journal des professionnels du capital investissement
LÉGENDES
  • Valeur : equity value pour le LBO, deal value pour le venture/dév.
  • M&A : conseil M&A
  • B : brokers, banques introductrices
  • J : conseil juridique
  • A : audit financier
  • F : audit fiscal
  • S : audit social
  • AS : audit stratégique
  • D : dette (senior ou globale)
  • M : mezzanine
  • SL : second lien
  • JD : juridique dette
  • Notes : les LBO comprennent les MBO, MBI, build-ups, etc. les investisseurs sont désignés par le (plus récent) nom de la société de gestion
  • ESG : Environnement, Social, Gouvernance
RESULTATS DES DEALS
Cliquez sur une ligne pour afficher le détail
Date
Valeur (M€)
Type
Cible
Investisseurs (% du capital)
Cédants (% du capital)
Pays
 
18/06/2021
NC
Sortie/LBO2
Adista
Keensight Capital , Franco-Emirati Fund , GEI , ILP
Equistone Partners , GEI , ILP
France
Secteurs :
Télécoms

CA (M€) : 153
CONSEILS :
M&A : Eurvad Finance (C. Guigan, W. Alves); Oddo BHF (J.-F. Delpech, A. Rouvin, F. Dalbies);
J : Paul Hastings (O. Deren, S. Crepy, A. de Waal) ;
A : Deloitte (L. Clavijo, F. Lévêque-Chevenoy);
AS : KPMG (J.-C. Ferreri);
D : Idinvest (M. de Roquette-Buisson) ;
JD : Nabarro Béraud Avocats (J. Nabarro, M. Béraud);
CONSEILS :
J : Goodwin (T. Maitrejean); Scotto Partners (I. Cheradame, C. Revol-Renié, W. Ducrocq-Ferré, A. Ktiri, J. Commerçon, M. le Roux, P.-H. Abadie, B. Thibaut, A. Tourneux);
 
Le dossier Adista aurait pu animer le marché du M&A en 2022 mais c’était sans compter la persévérance de Keensight Capital. Ce dernier devrait finaliser avant l’été sa prise de contrôle de l’opérateur cloud et télécoms B2B après avoir convaincu Equistone, son actionnaire majoritaire depuis 2016, de lui céder sa participation en gré à gré (lire aussi le deal NetCo page XX). Keensight Capital, qui avait déjà pris langue avec le management d’Adista avant 2016, s’est assuré du soutien de plusieurs de ses LPs, dont le Fonds franco-emirati (partenariat entre Mubadala et Bpifrance). Les fonds du grand Est ILP et GEI, qui accompagnent Adista respectivement depuis 2008 et 2013, reviennent une nouvelle fois. Il en est de même pour les fondateurs et les dirigeants de l’entreprise. Enfin, Idinvest, qui a apporté la dette unitranche lors de l’opération précédente, assure à nouveau le financement de celle-ci.
Au coeur de la digitalisation des PME et ETI, Adista devrait continuer à afficher une croissance organique à deux chiffres de son activité au cours des prochaines années. Avec son nouvel actionnaire, la société va continuer à déployer ses services - téléphonie, hébergement, cybersécurité… - sur les verticales métiers qu’elle couvre déjà, principalement le notariat, la santé, la distribution. Elle pourrait aussi envisager de s’ouvrir à d’autres secteurs d’activité, à la fois par développement organique et par build-up. C’était précisément le sens de la seconde acquisition de l’ère Equistone, finalisée en mars dernier : en rachetant Waycom, Adista a intégré une forte présence auprès des commerçants. Quelques mois plus tôt, le groupe avait acquis Fingerprint Technologies, cette fois dans une logique d’expansion géographique. Cet opérateur lui a permis de renforcer sa couverture de la région Rhône-Alpes avec notamment l’intégration d’une agence à Romans-sur-Isère.
 
Structuration préalable
Avant d’ouvrir ce volet « croissance externe », Adista est passé par une phase de structuration. L’opération avec Equistone avait notamment vocation à assurer la transmission de l’entreprise : les deux frères qui en sont à l’origine, et qui se partageaient la présidence et la direction générale, ont donc passé la main dans le courant de l’année 2018 à Patrice Bélie tout en restant actionnaires. Le nouveau dirigeant a donc oeuvré à la mise en place d’une équipe complète, recrutant un directeur technique, une directrice commerciale, une DRH, un directeur juridique… Fort de ces investissements, de ses 720 collaborateurs et 35 agences en France, Adista a vu son chiffre d’affaires passer de 75 à 153 millions d’euros entre 2016 et 2020. Il vise 300 millions en 2025.
Date : 18/06/2021
Valeur (M€) : NC
Type : Sortie/LBO2
Cible : Adista Cliquer pour afficher
Secteurs :
Télécoms

CA (M€) : 153
Investisseurs (% du capital) :
Keensight Capital , Franco-Emirati Fund , GEI , ILP
Cliquer pour afficher
CONSEILS :
M&A : Eurvad Finance (C. Guigan, W. Alves); Oddo BHF (J.-F. Delpech, A. Rouvin, F. Dalbies);
J : Paul Hastings (O. Deren, S. Crepy, A. de Waal) ;
A : Deloitte (L. Clavijo, F. Lévêque-Chevenoy);
AS : KPMG (J.-C. Ferreri);
D : Idinvest (M. de Roquette-Buisson) ;
JD : Nabarro Béraud Avocats (J. Nabarro, M. Béraud);
Cédants (% du capital) :
Equistone Partners , GEI , ILP
Cliquer pour afficher
CONSEILS :
J : Goodwin (T. Maitrejean); Scotto Partners (I. Cheradame, C. Revol-Renié, W. Ducrocq-Ferré, A. Ktiri, J. Commerçon, M. le Roux, P.-H. Abadie, B. Thibaut, A. Tourneux);
Pays : France
Le dossier Adista aurait pu animer le marché du M&A en 2022 mais c’était sans compter la persévérance de Keensight Capital. Ce dernier devrait finaliser avant l’été sa prise de contrôle de l’opérateur cloud et... Cliquer pour afficher
Le dossier Adista aurait pu animer le marché du M&A en 2022 mais c’était sans compter la persévérance de Keensight Capital. Ce dernier devrait finaliser avant l’été sa prise de contrôle de l’opérateur cloud et télécoms B2B après avoir convaincu Equistone, son actionnaire majoritaire depuis 2016, de lui céder sa participation en gré à gré (lire aussi le deal NetCo page XX). Keensight Capital, qui avait déjà pris langue avec le management d’Adista avant 2016, s’est assuré du soutien de plusieurs de ses LPs, dont le Fonds franco-emirati (partenariat entre Mubadala et Bpifrance). Les fonds du grand Est ILP et GEI, qui accompagnent Adista respectivement depuis 2008 et 2013, reviennent une nouvelle fois. Il en est de même pour les fondateurs et les dirigeants de l’entreprise. Enfin, Idinvest, qui a apporté la dette unitranche lors de l’opération précédente, assure à nouveau le financement de celle-ci.
Au coeur de la digitalisation des PME et ETI, Adista devrait continuer à afficher une croissance organique à deux chiffres de son activité au cours des prochaines années. Avec son nouvel actionnaire, la société va continuer à déployer ses services - téléphonie, hébergement, cybersécurité… - sur les verticales métiers qu’elle couvre déjà, principalement le notariat, la santé, la distribution. Elle pourrait aussi envisager de s’ouvrir à d’autres secteurs d’activité, à la fois par développement organique et par build-up. C’était précisément le sens de la seconde acquisition de l’ère Equistone, finalisée en mars dernier : en rachetant Waycom, Adista a intégré une forte présence auprès des commerçants. Quelques mois plus tôt, le groupe avait acquis Fingerprint Technologies, cette fois dans une logique d’expansion géographique. Cet opérateur lui a permis de renforcer sa couverture de la région Rhône-Alpes avec notamment l’intégration d’une agence à Romans-sur-Isère.
 
Structuration préalable
Avant d’ouvrir ce volet « croissance externe », Adista est passé par une phase de structuration. L’opération avec Equistone avait notamment vocation à assurer la transmission de l’entreprise : les deux frères qui en sont à l’origine, et qui se partageaient la présidence et la direction générale, ont donc passé la main dans le courant de l’année 2018 à Patrice Bélie tout en restant actionnaires. Le nouveau dirigeant a donc oeuvré à la mise en place d’une équipe complète, recrutant un directeur technique, une directrice commerciale, une DRH, un directeur juridique… Fort de ces investissements, de ses 720 collaborateurs et 35 agences en France, Adista a vu son chiffre d’affaires passer de 75 à 153 millions d’euros entre 2016 et 2020. Il vise 300 millions en 2025.